samedi 2 mai 2009

Château Poujeaux - Moulis-en-Médoc

Mais où sont donc les millésimes antérieurs à 2000 en grande distribution ? C'est encore la question que je me suis posé lors de mon dernier passage chez Carrefour. Il y a des 2006 à profusion, et il y a aussi quelques bouteilles de Château Latour 1997. Je prends un Fief de Lagrange 2004, le repose. Puis finalement je reviens sur un Moulis, la plus "vieille" bouteille en rayon (hormis les 1er et 2ème GCC en cave climatisée), un Château Poujeaux de 2001.
C'est déjà le troisième Moulis que je commente, ce qui fait de cette appellation une des plus développées sur ce blog.
Un petit tour sur StatWine, les Moulis de 2001 sont "A boire", à leur plénitude comme ils disent. Les indications de ce site sont bien entendu à prendre en compte avec parcimonie : un "petit" ne mettant pas autant de temps à venir qu’un Chasse-Spleen. Et Poujeaux n'en étant certainement pas un (un petit, vous suivez ?), c'est avec des convictions mêlées que j'ouvre cette bouteille.


chateau poujeaux moulisChateau_Poujeaux_Moulis_Etat_Bouchon

Nom du vin : Château Poujeaux
Appellation : Moulis-en-Médoc
Catégorie : Vin rouge
Millésime : 2001
Degré d’alcool : 12,5%
Bouchon : Liège, voir photo
Pays de production : France
Région : Bordelais
Prix : 21,30 €

A défaut de carafage, qui risquerait de faire évoluer trop vite ce vin "à sa plénitude", j'opte pour un débouchage simple. La bouteille est maintenant ouverte depuis 3 heures.
Le vin est encore en train de couler que je suis saisi par la magnifique robe qui s'ébauche dans le verre. Examen plus approfondi, elle présente un très bel éclat et une couleur rubis séduisante. Les bords du disquent tirent sur le brun, premiers signes d'évolution.
Au nez, et dans le désordre, se dégagent des notes de fumé, de sous bois, de fruits rouges, de pissenlit. Après aération, c'est le café qui prend le dessus, la colline Grand Poujeaux qui semble mettre sa patte (Voir mon commentaire de Gressier Grand Poujeaux 1999).
Hop, première gorgée, l'attaque est souple puis c'est la grande ascension : c'est équilibré, les tanins sont bien intégrés, quelle finesse ! Les arômes d'anis, de fenouille sont gracieux et se fondent dans un ensemble enjôleur. Finale sur la fraise, pas la fraise sur-mûres mais celle qui croque un peu sous la dent. Tout cela persiste amplement en bouche : c'est long, c'est bon !

La note de LGDD pour cette très belle surprise : 16,5-17/20.

Et bien sûr, vos commentaires sont toujours les bienvenus.

Cheers, NL

1 commentaire:

Antoine a dit…

Salut Nicolas,

sympa ce blog ! (trouvé par hasard en regardant quelques infos sur le bad boy ;-))

ok avec toi sur le chateau Poujeaux, c'est une valeur sure de moulis.

je pense qu'un 2001 est tout a fait agréable a boire maintenant.

j'ai eu l'occasion de le déguster plusieurs fois.

la premiere bouteille il y a 4 ans ne m'avait pas laissé un grand souvenir (trop jeune certainement...) mais les autres bouteilles que j'ai bues avaient environ 6 ans et je pense que c'est un bon rapport qualité prix (un grand nom en 2001 à 20€ dans le bordelais ce n'est finalement pas si courant...)


Ma préférence ira quand même au chasse spleen pour les moulis ;-)

a+
Antoine A.